Mon cheminement vers la harpe…

J’ai toujours aimé la musique et j’ai toujours été attirée à aider les autres.

J’ai grandi à Aix-en Provence dans le sud de la France. Enfant, je jouais du piano. Plus tard, j’ai mis mon rêve de devenir musicienne de côté. Après l’école secondaire, j’ai déménagé en Angleterre où j’ai étudié les Sciences Infirmières, puis j’ai travaillé en tant qu’infirmière en Angleterre ainsi qu’en France. Plus tard, j’ai déménagé au Canada, me suis mariée et ai élevé mes enfants.

La musique continuait de m’attirer. En vacances en Angleterre, j’ai entendu une violoniste incroyable qui jouait ce qui ressemblait à une complainte. Sa musique m’avait émue et avait réveillé en moi le désir de jouer. De retour au Canada, je cherchais un professeur et me joignais à un groupe de violoneux. Au fur et à mesure que mes enfants grandissaient, chacun me demandait pour des leçons de musique. L’un d’eux a choisi le violon et en l’aidant, une fois de plus je suis éprise. Je pris donc des leçons privées puis décidais que je voulais m’inscrire à un programme universitaire. À l’âge de 40 ans je débutais un programme universitaire en musique à L’Université de Moncton. Je pensais être au paradis!

En 1993, je suis diagnostiquée d’un cancer. Bien que la médecine conventionnelle m’ait beaucoup appris, mes croyances en une approche holistique m’ont poussée à chercher d’autres modalités de guérison, ainsi j’ai étudié la naturopathie et l’homéopathie. La musique m’a aussi beaucoup aidée et m’a inspirée à chercher des moyens d’utiliser la musique comme modalité de guérison pour les autres.

Puis de façon tragique, je perdais un enfant et soudain je ne pouvais plus tolérer d’écouter aucune musique. Je rangeais mon violon et je m’ensevelissais dans les thérapies, les ateliers, des trucs ésotériques…et des livres pour chercher à comprendre, espérant guérir. Dans un des livres: Music and Miracles, l’auteur, Don Campbell, relate l’histoire de Ron Price qui s’était guéri avec la harpe. Cette histoire résonna avec moi et je décidais sur le champ qu’il me fallait une harpe.

Cela me pris un peu de temps pour trouver une harpe et un professeur mais j’ai réussi. En 1999, je participais à un atelier à l’Î.P.É., animé par Christina Tourin, célèbre harpiste américaine. La présentation de Christina sur l’utilisation de la harpe en tant qu’instrument thérapeutique, de nouveau, résonnait avec moi. Je savais que j’avais trouvé ma vocation.

Je débutais donc mes études au International Harp Therapy Program en janvier 2000, voyageant entre le Nouveau-Brunswick et la Californie et au printemps 2001 je graduais en tant que Praticienne certifiée de harpe thérapeutique.

Les premières années n’ont pas été évidentes. Je visitais des foyers de soins, les hôpitaux, je faisais des présentations mais rien…puis un couple qui revenait d’Allemagne a ouvert un Conservatoire de musique et m’embauchait pour faire la harpe-thérapie avec les enfants à besoins spéciaux; je n’y avais jamais pensé mais j’ai aimé immédiatement.

En 2006, je décidais d’explorer encore plus la harpe-thérapie et j’ai été suivre la formation de Harpe thérapeutique vibro-acoustique, offerte par Sarajane Williams. La HTVA m’a permis d’élargir ma clientèle et d’aider bien d’autres cas de mal-a-dies. (Voir mes services de HTVA).

Mon cheminement vers la harpe m’a permis de combiner mon amour de la musique et de la santé de façon significative et satisfaisante.

 

D’où vient la maladie?

Lorsque nous sommes en bonne santé, nous avons un sentiment profond de bien être…nous sommes en harmonie au niveau physique, émotionnel, mental et spirituel…

Il y a certainement des facteurs qui affaiblissent notre système immunitaire :

  • la pollution de l’air, de l’eau, de la nourriture (produits chimiques, OGM…)
  • certains médicaments et certaines interventions médicales
  • les produits cosmétiques
  • les relations dysfonctionnelles à la maison, au travail
  • le stress que nous vivons dans notre société occidentale
  • les champs électromagnétiques provenant des lignes de haute tension, des tours de téléphone cellulaire, les appareils électroniques etc…
  • notre bagage émotionnel qui vient de notre enfance, de nos parents

Nous pouvons éviter certains de ces facteurs et apprendre à mieux gérer d’autres. Pour vraiment guérir, il faut aller à la source de la mal-a-die. Depuis le rhume jusqu’au cancer, la maladie survient lorsque nous n’avons pas pu gérer un évènement, un traumatisme.  Cette incapacité vient du fait que nous ne sommes pas en harmonie. Pour éviter la mal-a-die et maintenir notre état de santé, nous devons nous maintenir en harmonie.

Il existe nombre de modalités, telle la harpe-thérapie, pour vous harmoniser. Je vous encourage à trouver une modalité (ou plusieurs) qui résonne avec vous , afin de rester en santé physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement. Lorsque vous êtes en harmonie à tous les niveaux, vous pourrez plus facilement naviguer les vagues de la vie plutôt que d’être submergé.

Si la maladie s’est déjà installée, la harpe-thérapie peut quand même vous aider, cela prendra plus longtemps, c’est tout. Le corps veut naturellement être en santé et en harmonie, alors travaillons ensemble pour donner à votre corps ce qu’il veut.

Plutôt la prévention que l’intervention!


« La maladie provient de la perte de contact d’avec notre vraie nature. » — Sogyal Rimpoche

« La harpe-thérapie ré-accorde le mental, le corps et l'esprit au son de l'Univers afin de recouvrer la santé et maintenir un état de bien-être. » —  Laurence Marie